L'exploitation commercialise divers produits de sa production au magasin sur le site du CFAA-CFPPA de chateaufarine :

- escargots
- viande  fraiche de bovin  (boeuf et veau)
- viande fraiche de porc
- conserve de viandes cuisinées  par nos soins

Ces produits sont à commander à partir du bon de commande et à adresser à  :
Annick Capon  au 03 81 41 96 47
ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

ferme11      La SAU est de 106 ha répartie dans un rayon de 4 km.

Le parcellaire est composé de :
- 60 ha d'herbe dont 36 ha en prairie permanente
- 46 ha de culture comme le blé, l'orge, le colza et le maïs fourrager.

- Selon les années, le blé est semé à raison de 15 à 20 ha, l'orge environ 10 ha (besoin pour l'intraconsommation), 3 à 4 ha de colza (tête de rotation).

- Le maïs est semé sur 12 à 18 ha. Sa production se raisonne sur 2 ans afin d'avoir toujours un stock en fin d'hiver en cas de sécheresse.

ferme10   - Systématiquement toutes les surfaces sont couvertes, notamment derrière une céréale, des intercultures de RGI + TI ou RGI sont semés et récoltés en ensilage ou enrubannés.

- Les graines de blé et colza sont vendues à Terre Comtoise, l'orge est intraconsommée.

- Les céréales permettent également d'obtenir de la paille. Le besoin en paille est de 100 à 120 tonnes / an. La paille de colza est défibrée pour être mise dans les logettes des vaches laitières à raison de 1.5 kg / vache/jour.

Les orientations de l'élevage d'escargots de Châteaufarine sont les suivantes :

• Rechercher et mettre au point tous les moyens nécessaires à la production, transformation et commercialisation du produit "escargot d'élevage".

• Structurer un réseau régional efficace de production, de promotion et de diffusion d'un produit de qualité.

• Analyser les résultats technico-économiques des éleveurs.

• Mettre en place un appui nécessaire pour le fonctionnement optimal de tout élevage dans le cadre technique, administratif ou juridique.

• Défendre les intérêts professionnels communs.

• Former des candidats au métier de l'héliciculture.

LE CONTEXTE : UN PRODUIT TYPIQUEMENT FRANCAIS.

La France est le premier consommateur mondial d'escargots avec 35 000 tonnes d'équivalent vif par an, c'est aussi le premier pays transformateur.
Ce mollusque est le produit gastronomique français par excellence, que ce soit sous forme d'escargots préparés (frais ou surgelés) ou d'escargots de conserve.

Le secteur est caractérisé par une dépendance quasi totale de l'importation des matières premières, issues en majorité du ramassage. La partie d'autoconsommation, reste importante et difficile à cerner. La réduction des stocks naturels en France, et à court terme à l'étranger, nécessite que soient poursuivie activement la communication sur la filière d'élevage, et sa professionalisation.

LES ESPECES D'ESCARGOTS :

Les principales espèces d'escargots donnant lieu en France à un commerce et à une industrie appartiennent :
• Soit à la famille des Hélicidae, genre Hélix
• Soit à la famille des Achatinidae, genre Achatina

Pour tous ces escargots, il existe des dénominations légales de ventes :
• "Escargot de Bourgogne" pour l'espèce Hélix Pomatia
• "Escargots Petits gris" pour l'espèce Hélix Aspersa Muller
• "Escargot turc" pour l'espèce Hélix Lucorum et
• "Escargots" pour les autres espèces du genre Hélix notamment Hélix Aspersa Maxima (Gros gris)
• "Achatines" pour l'espèce Achatina Fukica (Originaire d'Asie)
Les achatines n'ont plus droit à l'appellation escargots, l'association des Maîtres escargotiers de France a oeuvré pour dénoncer la concurrence déloyale entre escargot et achatine.

On peut déplorer que les informations figurant sur les emballages ne soient pas toujours très claires.
Il s'agit maintenant d'identifier clairement le produit escargot d'élevage français

LES PARTICULARITES :

Seule l'espèce Hélix Aspersa peut raisonnablement faire l'objet d'élevage rationnel; ces escargots apportent une qualité de chair reconnue et se montrent appréciés tant des amateurs de gros escargots (Gros Gris) que des amateurs d'escargots plus petits (Petit Gris).

Cette production quasiment inexistante vers 1980, avoisinait 200 tonnes en 1990 et 500 tonnes en 1992.
L'élevage du Petit Gris est le fait de la région Ouest. L'élevage du gros gris est le fait de la région Est.

Les Directions Départementales des Services Vétérinaires mettent à disposition la réglementation afférente à la transformation des escargots.

La réglementation impose d'enlever l'hépatopancréas pour commercialiser les gros escargots (Bourgogne, Turc, Gros Gris,...) Seul, l'escargot Petit Gris peut être vendu avec le tortillon.

LE MARCHE :

Les échanges (matières premières et produits transformés) se soldent toujours par un déficit.
En effet, l'industrie de transformation française, dans l'obligation de faire appel à l'importation (20 000 tonnes / an depuis les années 60) s'approvisionne en produits frais, congelés, conserves, produits élaborés auprès du Sud-est asiatique , de la Grèce, de la Turquie et surtout des pays d'Europe de l'est (48 % des importations). La Grèce assure l'essentiel de l'importation des produits préparés ou en conserves.

LES TECHNIQUES D'ELEVAGE : TROIS TECHNIQUES ONT ETE TESTEES

• L'élevage à l'extérieur dans de petits parcs, principalement pratiqué dans la région atlantique.
• L'élevage hors-sol où l'intégralité du cycle se déroule dans un bâtiment à atmosphère contrôlée.
Cette technique ouvre la voie à l'élevage en bandes.
Des critères sont à prendre en compte, l'isolation, l'absence de fenêtre , le chauffage , et l'humidité.

 

ferme12


Quelques éléments sur l'exploitation du lycée  :

 

• 5 ateliers (5 types de productions)


- Production de lait standard
- Production de bovins viandes (suite de l'élevage laitier)
- Production de porcs charcutiers
- Production d'escargots
- Production de céréales

 

• Le personnel encadrant :


3 salariés à temps plein, 1 personne à temps partiel et un formateur du CFPPA représentant 1/2 temps plein ainsi qu'une directrice d'exploitation :

- Sébastien Bainier (1 TP) : responsable atelier lait et culture
- Maxime Richard (1TP) : responsable atelier porcin, polyvalent sur l'atelier lait et culture
- Aline Gay (1 TP) : co-responsable atelier hélicicole
- Annick Capon (60% TP) : responsable vente magasin
- Emmanuel Colin (formateur CFPPA) (1/2 TP) : co-responsable atelier hélicicole
- Laurence Maire du Poset : directrice de l'exploitation

 

• Les différentes missions :


- une mission de production : le résultat de la vente des différents produits permet de faire fonctionner les divers ateliers et ainsi de rémunérer les salariés de l'exploitation qui sont des salariées de droits privés.

- une mission pédagogique : l'exploitation représente le "poumon central" de notre enseignement. Ainsi 365 jours par an, des apprenants de différentes classes se succèdent en stage sur l'exploitation afin d'acquérir les divers gestes professionnels et  découvrir les méthodes de travail.

- une mission d'expérimentation, animation et developpement du territoire : l'exploitation est le support d'essais agronomiques, de différentes techniques culturales ou encore alimentaires, sanitaires en élevage. Elles est aussi un lieu de rencontre thématique et de formation de techniciens.

 

 

 

 

 

 L'atelier lait

ferme19

     

- un troupeau avec un effectif moyen de 45 vaches laitières de race Montbéliarde et leur suite.

- Toutes les génisses sont élevées pour le renouvellement, ou encore la vente.

- La production laitière annuelle est de 345 800 litres en lait standard vendu à la coopérative l'Ermitage, mais également au service restauration du lycée (20 000 litres/ an) et pour la consommation des veaux (20 000 litres/ an).

- Le système fourrager repose sur l'ensilage de maïs et l'ensilage d'herbe complété par un tourteau de soja/colza acheté, ainsi que de l'orge aplatie issue de notre exploitation.

- En période estivale le troupeau a accès à 16 ha de pâturage en moyenne par an autour des bâtiments complétés par une ration ensilage à l'auge.

L'atelier bovin viande

ferme18  

- Un certain nombre de vaches laitières sont inséminées avec des taureaux de race limousine ou blanc bleu belge.

- L'objectif est de commercialiser des animaux à viande (taurillon, génisse, vache) en vente directe (caissette de 5 kg) mais également à des marchands de bestiaux.

- 10 à 15 veaux de lait sont également produits chaque année.

 

ferme13     - Le cheptel est de 25 truies productives en 5 bandes de 5 truies.

- Conduite avec un intervalle de 4 semaines entre bande.

- L'objectif de production maximum est de 12 porcelets sevrés / truie productive.

- Soit 750 à 780 porcs charcutiers produits /an vendus à Franche-Comté élevage pour partie et une autre petite partie est en vente directe.

     
ferme14   - L'alimentation est distribuée à l'aide d'un distributeur automatique d'aliment avec un aliment complet à base de céréales, de lin et de tourteaux mélangé à de l'eau.

 

L'atelier hélicicole : site de Châteaufarine

ferme16

  

 

L'élevage comprend 1000 m² de parcs et un magasin où sont vendus les escargots mais également notre viande en caissette et quelques autres produits des lycées agricoles franc-comtois comme des yaourts de l'ENIL de Mamirolle, ou encore du miel du lycée de Vesoul.

La production est conduite en agriculture conventionnelle pour partie et en agriculture biologique :

 - En conventionnel : 100 m² de petits gris + 500 m² de gros gris avec 350 escargots / m² = 210 000 escargots

- En AB : 400 m² de gros gris avec 250 escargots / m² = 100 000 escargots

Soit 310 000 escargots au total

     
ferme17  
- La croissance des escargots s'effectue en 120 jours

- La totalité de la production est transformée et commercialisée sur place.

- L'exploitation possède sur le site de Châteaufarine un laboratoire de transformation, qui peut être mis à disposition des éleveurs pour notamment l'utilisation de l'autoclave.